« Villejuif a besoin de renouveau »

villejuif

Conseiller municipal et communautaire à Villejuif depuis plusieurs années, Jean-François Harel souhaite donner un nouveau souffle à une ville qui connaît un taux d’abstention important aux élections municipales, dépassant les 50 % .

M2014.fr : Présentez-nous en quelques mots la ville pour laquelle vous êtes candidat.

Jean-François Harel : Villejuif est une ville dont l’extraordinaire potentiel est bridé par la même équipe depuis… 89 ans ! C’est peu dire que Villejuif a besoin de renouveau. Villejuif est une ville de plus de 55 500 habitants, située à quelques minutes de Paris et à 15 minutes de l’aéroport d’Orly par le prochain tramway. La ville compte trois hôpitaux et doit accueillir prochainement « Campus Grand Parc », un centre international de recherche en cancérologie. Il y a beaucoup à faire pour adapter la ville à l’arrivée d’une nouvelle population active composée de chercheurs, de médecins, de personnel hospitalier, d’étudiants, etc. En dehors du secteur de la santé, il y a bien d’autres activités qu’il faut encourager à venir ou faire revenir chez nous. L’équipe en place, avec la Société d’économie mixte (SEM) du PCF, s’est focalisée sur le logement social de manière quasi obsessionnelle et ruineuse pour les habitants. Aujourd’hui, Villejuif compte 38% de logements sociaux alors que la loi fixe un seuil à atteindre de 20%. Résultat, Villejuif est la 27ème ville la plus endettée de France, avec 2 000 € de dette par habitant ! Pourtant, Villejuif fait partie des 5% des villes dont le niveau des impôts locaux est le plus élevé ! Impôts record et dette record, on peut dire que l’incompétence de l’équipe en place est criante ! La Cour régionale des comptes n’a d’ailleurs pas manqué de juger très sévèrement la gestion municipale dans son dernier rapport sur Villejuif. La ville étouffe sous un clientélisme choquant. L’absence de démocratie décourage les citoyens.

M2014.fr : Pourquoi avez-vous décidé d’être candidat à la mairie de Villejuif?

J.-F. H.: Il est temps que notre ville connaisse la première alternance de son histoire. Il est temps pour nous, Villejuifois, de reprendre en main le destin de notre ville pour plus d’emplois, plus de propreté dans nos rues, plus d’écologie, plus d’équilibre entre les catégories sociales. Nous allons soutenir et encourager les jeunes, aider et protéger les personnes âgées, favoriser le vivre ensemble dans une ville économiquement prospère. Voilà pourquoi je présente aux Villejuifois ma candidature lors des élections municipales de mars 2014.Je suis villejuifois depuis 1991 et conseiller municipal dans l’opposition depuis 2001. Ma première candidature à la mairie de Villejuif date de 1995, et j’ai pu constater que le PCF s’est toujours maintenu grâce à une forte abstention des Villejuifois, découragés par cette fausse démocratie qui est une spécificité locale. Ainsi, en 1995, le PCF de Villejuif a vu son élection à la mairie invalidée pour fraude électorale.Puis, à chaque élection municipale suivante, le PCF n’a réussi à conserver le pouvoir que grâce à l’abstention des citoyens. Les Villejuifois ont cessé de croire à la sincérité du système électoral. À cet égard, les chiffres sont éclairants. Ainsi, par exemple, aux dernières municipales de 2008, sur 28 254 électeurs inscrits à Villejuif, le PCF n’a obtenu que 6 241 voix au 1er tour tandis que plus de 14 000 électeurs ne sont pas même pas allés voter ! Seuls 23 % des électeurs inscrits à Villejuif ont reconduit le pouvoir actuel. 23 % des électeurs ! Voilà tout le soutien recueilli par la majorité actuelle en 2008. Chacun sait que d’élection en élection, le PCF recule à Villejuif. Il tombera en 2014. À Villejuif, le pouvoir actuel repose sur le découragement et l’abstention des électeurs. C’est pourquoi notre combat sera de convaincre tous les Villejuifois d’aller voter lors des prochaines élections municipales de mars 2014, car eux seuls ont le pouvoir d’amener le changement. Nous veillerons à ce que les procédures soient respectées, la participation de chaque Villejuifois sera déterminante.

Jena Francois Harel Villejuif

M2014.fr : Qu’est-ce qui vous différencie des autres candidats en lice pour Villejuif ?

J.-F. H.: Tout le sens de mon engagement repose sur le devoir de réunir les femmes et les hommes de bonne volonté pour construire ensemble, loin des idéologies et des dogmatismes, une ville tranquille, heureuse et prospère, respectueuse de chacun et soucieuse de l’environnement. Je suis l’un des membres fondateurs de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) , avec Jean-Louis Borloo. J’ai été officiellement investi par Jean-Louis Borloo et les instances de l’UDI le 17 mai 2013. Je suis très fier de leur confiance et de leur soutien.

M2014.fr : Comment impliquez-vous les habitants de votre ville dans le projet municipal que vous portez ?

J.-F. H.: Je me tiens à la disposition de toutes celles et ceux qui souhaitent me rencontrer avec mon équipe pour discuter de leurs attentes et de notre projet. Je peux déjà affirmer que les Villejuifois auront un meilleur accès à l’information et que la gestion de la ville se fera dans une plus grande transparence en rendant compte, notamment, des dépenses publiques et en organisant de véritables concertations, et non pas des réunions bidons comme on les connaît aujourd’hui et depuis longtemps, où l’on fait semblant de vous demander votre avis alors que tout est décidé à l’avance et dans le plus grand secret.

M2014.fr : Selon vous, quels seront les enjeux de cette campagne municipale à Villejuif ?

J.-F. H.: Il faut rendre Villejuif aux villejuifois. Il faut oxygéner cette ville, lui offrir le renouveau et vivre l’alternance qui est la preuve de la démocratie. La ville a besoin d’optimisme et de confiance. Il faut en finir avec une oligarchie municipale en place depuis bientôt un siècle, et qui ne doit sa longévité politique qu’à un clientélisme malsain et ruineux, et une abstention électorale dont on peut se demander si elle n’est pas entretenue par l’équipe en place.

Related Posts